jeudi 25 septembre 2014

Vision Quantique des Hautes Dynamisations

 

  VISION QUANTIQUE DES HAUTES DYNAMISATIONS

RÉSONANCE SUR l'EÏDOPATHIE


Cette théorie dérive de la Théorie mathématique des Ethers (1993).
Les chercheurs et auteurs dans ce domaine des hautes dilutions sont respectivement :
H.Berliocchi - R.Conte - Y.Lasne - G.Vernot
Leurs nombreuses expériences impliquent l’utilisation d’un matériel de pointe et de techniques spécifiques dans le domaine de la recherche scientifique, notamment médicale, la RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) et le compteur de radioactivité.
Voici quelques unes des connaissances majeures que leur travail nous apporte dans le domaine de l’utilisation du Système Magnéto-Géométrique, de la Radionique ou du Modèle Morpho-Quantique ou de l'Eïdopathie.
-il est démontré, à la fois par un certain modèle mathématique, mais également par vérification des champs décelables en  résonance magnétique nucléaire, ainsi que par l’utilisation d’un compteur de radioactivité, qu’une dilution de remède homéopathique portée au niveau 12 CH (centésimale Hahnémanienne), donc supérieure à N (nombre d’Avogadro) est porteuse d’un « rayonnement sans matière ».
  • les solutions homéopathiques émettent des « Rayonnement béta caractéristiques » sans aucun danger pour le patient. 
  • Le phénomène physique sous-jacents à la technique dite de « dilution-succussion », amène la substance active d’un produit à disparaître peu à peu. 
  • la disparition de la matière dans l’eau (le diluant) laisse place à des « Trous Blancs ». 
  • Le Trou Blanc n’est pas une cavité vide, mais c’est un « point super lumineux » émettant une onde particulière.
  • Le Trou Blanc est «une cavitation », « une empreinte » spatio-temporelle qui donne lieu à l’émission b spécifique, une onde de laquelle émane la « Forme » du remède. 
  • Cette « onde » bouscule les molécules d’eau agencées en clusters et fait apparaître des hyper protons qui émettent ce rayonnement b caractéristique de la substance active spécifique du remède.
Rappelons brièvement qu’il existe trois types de radioactivité naturelle :
alpha, béta et gamma.
Sous l’action d’un champ électromagnétique perpendiculaire à sa direction, le rayonnement émis par la source radioactive se sépare en trois composantes :
  • une qui est faiblement dévié, le rayonnement alfa. Ce rayonnement est uniquement composé de noyaux d’hélium He (2n,2p), 
  • une qui est fortement dévié en sens inverse du rayonnement alpha, le rayonnement béta, ce rayonnement est uniquement composé d’Electrons,
  • la troisième composante qui n’est pas dévié par le champ électromagnétique, le rayonnement gamma, ce rayonnement est uniquement composé de Photons.
Ce rappel nous permet de confirmer très fortement l’hypothèse que les techniques instrumentales thérapeutiques qui utilisent les ondes de formes sont des techniques génératrices de rayonnement béta composé d’électrons porteurs de mémoire (les Eons de Jean Charon) et de rayonnement gamma composé de Photons qui sont le support de cette mémoire (les Eons de Jean Charon) .

 

Nous pouvons dire que les succussions d’autrefois qui dynamisent le remède sont l’action physique qui génère et active la formation des « Trous Blancs », cavités, cassures ou espaces dits Vides de matière, mais remplies d'une Forme d'ondes Eoniques (Eïdos). Y-a-t-il une différence ?
La « Dilution-Succussion »  crée physiquement une discontinuité dans le continuum Espace-temps (cassures de l'espace-temps), et c’est cela qui conduit au paradoxe des Hautes dilutions.
Par conséquent, et c’est ce que nous observons dans la pratique de l'Eïdothérapie :

ce n’est pas le message chimique qui a un effet homéopathique, 
mais le message lumineux des Trous Blancs spécifique à la 
substance de départ qui transporte l’information vers la cellule.
  • ce message lumineux possède une fréquence vibratoire qui lui permet d’agir sur l’ADN qui se comporte comme une antenne (un récepteur et un émetteur). 
  • le Trou Blanc émet une onde et une vibration spécifiques. 
  • le rayonnement béta résulte de l’interaction entre les ondes émises par l’organisme et les liquides dont le corps est constitué (sang, sérum, urine…).
Ainsi, les ondes béta du corps sont à la fois le reflet de la maladie spécifique du patient, mais aussi de son terrain et de sa bonne santé (Cf. ondes Harmonieuses et Dysharmonieuses des thérapies dites de Bio-résoanance).
  • d'après ces auteurs, il est démontré, fait très important, que l’onde rémanente rayonnant des trous blancs est sensible à la force de gravitation du cosmos. Cela explique notamment les pathologies saisonnières et récurrentes, ainsi que les épidémies, mais cette constatation de l’influence de la force de Gravitation sur le remède homéopathique est corroboré par la physique quantique des champs qui prévoit l’influence du cosmos sur le corps humain (expériences des cosmonautes en apesanteur). 
  • les gravitons du soleil, et la lumière solaire qui en est son expression la plus visible, induisent ainsi les chronoryhtmes, les gravitorythmes, tous les rythmes circadiens qui influencent les molécules vivantes, par l’énergie vitale qui en émane (Dynamis du docteur Hahnemann que l’on trouve dans le remède homéopathique). 
  • La formation de Trous Blancs est donc en relation avec la disparition de la matière, soit sa Dématérialisation.
Il apparaît ainsi clairement que la matérialisation et la dématérialisation est régie par les gravitons (Cf, la Théorie des Universons de Claude Poher).
D’après les auteurs de ces recherches, un Trou Blanc est formé d’un hyperproton, d’un électron et d’un graviton.
Enfin, les recherches sur les hautes dilutions ont permis de préciser que l’eau n’a pas de mémoire propre.
L’eau est porteuse de mémoire, oui, mais uniquement par le fait qu’elle constitue un vecteur des « ondes rémanentes » comme le jet d’une pierre engendre des ondes sur l’eau. 
Il n’y a pas de transport d’eau dans le déplacement de l’onde.
Cela permet définitivement aussi d’affirmer que:

«L’homéopathie fait partie du domaine de la Physique Quantique et non celui de la chimie ».

Le Modèle Morpho-Quantique et l'Eïdospathie utilisent une très vaste échelle de Dilution-Dynamisation. 
Il permet de vérifier expérimentalement toutes les conclusions portées par ces chercheurs sur la puissance des hautes dilutions homéopathiques.

l'Eïdoscope utilise la force du Champ magnétique terrestre pour quantifier le rayonnement des produits Eïdos qu’il génère. 

Par conséquent la quantité de formation de Trous Blancs et de rayonnement béta induits sur l’eau ou l’éther, par les pictogrammes sonores de l'Eïdoscope, est fonction de la variation de la force du champ magnétique terrestre. 
La maîtrise de ce champ dépend de l’exactitude avec laquelle l’instrument oriente les champs Eïdos générés sur l’axe magnétique Nord-Sud terrestre.

Bibliographie 
pour cet article

Théorie des Hautes Dilutions 
  • Aspects expérimentaux -1996
  • Applications au vivant -  2000 - Préface de Pierre Cornillot
auteurs : Rolland Conte - Henri Berliocchi - Yves Lasne - Gabriel Vernot
éditeur : PolyTechnica

Gravitation. Les Universons, énergie du futur 
auteur : Claude Poher
éditions du Rocher 2003