vendredi 6 juin 2014

Etrangeté de la Réalité Quantique



LORSQUE L'EXPERIENCE DES FENTES DE YOUNG (1801) EXPLIQUE
LA REALITE QUANTIQUE DES EÏDOS ET DE L'EÏDOTHERAPIE





On envoie un faisceau de lumière sur un mur percé de deux trous et on observe les effets de croisement des 2 faisceaux de lumière sur un écran. L'interaction entre les deux faisceaux lumineux génère des ondes d'interférences. Cette expérience va clairement démontrer que la Matière ne se comporte pas comme les Ondes qui ne relèvent que de la réalité des particules élémentaires (photons et électrons en tête).
Le monde Quantique obéit à d'autre lois et principes que ceux de la physique classique.
Le phénomène observé peut se comporter tout à la fois comme une particule de matière et (ou) comme une onde immatérielle,
quelque chose d'autre qui n'est ni onde, ni corpuscule,
Tel est le message.

 Si on refait la même expérience avec un lanceur de billes au lieu d'un générateur de lumière, les billes peuvent traverser le mur par l'un ou l'autre des trous et atterrissent dans une boite cloisonnée.
On lance des billes blanches, on observe la disposition et l'emplacement de leur chute à l'arrivée.
On lance des billes noires et on observe de même.


 On ferme une fente et on lance des billes blanches
 On ferme une autre fente et on lance des billes noires
 
 On ouvre les deux fentes
Résultat :


 Les billes qui sont des objets matériels ne peuvent pas se superposer.
Chaque bille blanche ou noire arrive et prend une place non ordonnée.
Il n'y a pas d'échange d'information en cours, ni d'arrangement.
Il n'y a pas d'addition, ni superposition.
Les informations restent séparées.
Si on refait la même expérience avec de l'eau en créant des vagues, on place des bouées en place de l'écran et on regarde la montée et la descente de ces bouées sous l'effet de l'arrivée de la vague.

Qu'observe-t-on ?

Les ondes induites par les vagues s'additionnent pour générer un résultat combinatoire qui sont encore une fois une interférence d'information. On est en présence d'Ondes vibratoires dans l'Eau.

1 seule fente ouverte, puis la deuxième
  La deuxième fente ouverte
 

Les 2 fentes ouvertes en même temps,
Résultat : 



 Revenons à l'expérience originelle utilisant la lumière.


On utilise un canon à électrons pour pouvoir séparer les électrons comme si on envoyait des billes.

 

L'électron isolé ne se comporte pas comme de la matière telle une bille.
Il se comporte comme une onde en créant des interférences.

 

Les électrons captés sur l'écran, semblent au début de l'expérience se positionner comme des billes, donc comme des corpuscules. Mais, à mesure que s'accumulent les impactes d'électrons sur l'écran avec le temps, on voit se former des franges caractéristiques de la nature d'une onde.


Le plus extraordinaire arrive maintenant, lorsque l'on installe un détecteur d'électron pour suivre leurs trajets en sortie des fentes. 
Si l'expérimentateur cherche à savoir par quelle fente chaque électron est passé, on retrouve pour ces électrons un comportement identique à celui des billes.
Donc, en essayant de déterminer par quelle fente passent les électrons, on ne peut plus observer d'interférences.
Les électrons ont alors un comportement particulaire.
Le corollaire de ce phénomène est que si l'expérimentateur observe des interférences lumineuses pendant l'expérience, il lui est impossible de dire par quel trou l'électron est passé.








Est-ce que ce sont des Eïdos ?


C'est toute la démarche de la thérapie Quantique qui prône la prise en compte d'une Anatomie subtile du corps humain qui précède l'Anatomie physique dans le champ d'apparition hiérarchique des informations immatérielles, des Eïdos aux ondes puis aux particules de matières formant les corps matériels.

Qu'est-ce que tout ceci nous inspire ?

 

Si l'on cherche absolument une cause dans une liste d'information, la façon dont on va chercher va déterminer le résultat. 
L'objet d'une recherche fixe déjà une limite, densifie déjà un résultat de nature et de mesure physique, on va rendre ce résultat corpusculaire, le traitement aura un impact physique et matériel uniquement.
Si l'on ne cherche pas quelque chose de déjà précisé ou préconçu dans le mental du thérapeute, les possibilités d'interprétations sont beaucoup plus grandes et vastes, on est dans le domaine vibratoire et le champ Quantique.
L'Aléatoire est alors accepté.


Sans le thérapeute qui prend des mesures sur le patient, il n'y a pas d'échange, pas d'addition d'informations, pas d'interférence, pas de communication. 
La mesure est froide, physique, on est dans la matière physique et de la biologie sans sentiments, séparé de la conscience et du vécu " senti-mental " du patient.
L'appareil qui détecte et enregistre sans l'aide du thérapeute, ne détecte que l'aspect corpusculaire du patient. 
Même s'il s'agit d'ondes électromagnétiques, celles-ci ne révèleront pas les champs émotionnels et mentaux qui sont de nature vibratoire quantique. 
Les appareils de thérapie qui génèrent des ondes électromagnétiques (donc définies uniquement par une longueur d'onde et une fréquence), n'ont qu'une orientation physique dans les analyses et les traitements qu'ils sont capables de faire.

Les appareils qui génèrent des Ondes de Formes et des Eïdos ont une action bien plus vaste et leur impact est beaucoup plus profond et durable dans le temps.


Il ne peut pas y avoir de neutralité lorsque l'on mesure un patient. 
L'interférence du patient avec le thérapeute fait partie intégrante du traitement et donc de la possibilité d'obtenir une action de guérison (qu'on la nomme Confiance, Placébo ou autre) peu importe, il faut profiter de l'échange et de l'interférence qu'opèrent l'un et l'autre dans le champ d'action Quantique. 

La guérison quantique est une interaction, une interférence, 
une onde générée qui opère par intelligence globale de Similitude et de Résonance.


L'appareil Eïdoscope fonctionnant dans le champ vibratoire sonore va interférer avec le champ vibratoire du patient en profondeur et dans la globalité, car le Son est l'antenne de l'élément Ether qui supporte l'Espace.
La possibilité d'action sur champ émotionnel, mental  et l'esprit du patient est le principal atout de ce type d'appareillage.


L'appareil Omégalux du Modèle Morpho-Quantique permet d'accepter en totalité l'aléatoire de la mesure. C'est en cela qu'il permet une action Quantique, dans laquelle le thérapeute a la pleine observation sur le patient en déterminant un résultat en fonction de l'attitude avec laquelle il observe et mesure.


Les mesures faites sur le patient ne sont pas reproductibles à l'infini comme dans le cas d'une expérience physique matérielle. 
Cependant, les courbes obtenues entre deux ou plusieurs séances donnent des courbes énergétiques de même allure géométrique. On reconnait parfaitement le patient, même d'une année sur l'autre.


La Médecine Quantique permet ainsi une liaison Esprit-Corps et Corps-Esprit. 
Les informations immatérielles qu'elle utilise permettent une action synthétique, une prise en compte globale des causes et des effets de la pathologie en respectant la personne et son histoire.


Le thérapeute doit apprendre à regarder son patient sans aucun jugement, en dehors de la limitation duelle si étroite (bien, mal, blanc, noir,...).
Le patient sait et reconnait que ce qui se passe va dans le sens de libérer un blocage ou une situation de déséquilibre, qui va bien au-delà du seul aspect corporel.

Si le thérapeute regarde et cherche dans la réalité physique du patient, il obtient un résultat dans le physique.

Si le thérapeute regarde et cherche dans les plans subtils, il aura un résultat sur les causes émotionnelles et mentales de son patient.

La relation Thérapeute-patient qui s'établit lors de la rencontre est au centre de l'alchimie qui va en résulter, mais le thérapeute doit observer des règles d'éthique, de comportement et de pratique absolument purs,  s'attachant uniquement au premier des principes écrit par le Docteur Samuel Hahnemann dans son Organon de la médecine - 6ème édition 1839  :

L'idéal thérapeutique consiste à rétablir la santé d'une manière rapide,
douce et permanente, à enlever et à détruire la maladie dans son 
intégralité, par la voie la plus courte, la plus sûre et la moins nuisible, 
cela d'après des principes clairs et intelligibles.

 

Références bibliographiques :

Samuel Hahnemann  :
  • Organon de l'art de guérir.

Etienne Klein :
  • Petit voyage dans le monde des Quanta, éditions Champs Flammarion 2004.
  • L'Atome au pied du mur, éditions Le Pommier 2000.
  • Sous l'atome les particules, éditions Dominos Flammarion 1993.